Journaux de bord 2021

Chef de bord : Eric

Guides : Eléonore et Salomé

Équipiers : Catherine, Aurélie, Pierre, Laurent et Quentin

Samedi 10 juillet

Rassemblement de l’équipage, départ aux alentours de 16h30 après le briefing du capitaine et des guides. Le début se fait au moteur puis levons les voiles en direction de la Badine où nous mouillons pour la nuit, protégés du vent et de la houle. 

Dimanche 11 juillet

Levé a 6 h30 et départ vers 8h00. La mer étant agitée avec des rafales à plus de 25 nœuds, nous nous sommes donc résignés à quitter le large et nous avons mis le cap vers l’îlot du Grand Sarranier pour un après-midi baignade et sieste. Nous en avons profité pour expliquer le protocole scientifique et perfectionner notre maîtrise des nœuds. 

 

Lundi 12 juillet

Fenêtre «sans vent » ! Nous profitons de cette journée que la météo annonce calme pour nous lever tôt et partir faire de l'observation. Levé 4 h du mat, petit-déj à la frontale. Le ciel est assez couvert, et il y a pas trop de vent. Catherine nous a indiqué un hot spot, un haut fond de 400 mètres propice à l'observation de cétacés. Sur le trajet, un Stenella observé puis la queue d'un cétacé à la jumelle, probablement un cachalot. On s'approche. Peu après Éléonore aperçoit un dos puis un souffle. On navigue encore 30 min puis on se met à la cape pour mettre en route l'hydrophone et tenter de confirmer la présence de cachalots. En effet, on entend des clics de cachalots qui chassent. Il semble loin et le cachalot n'est pas toujours audible. On en profite pour préparer le repas. Puis le clic clic s’arrête... Le cachalot va remonter... « Souffle à 9h, vite l'appareil photo ! » On remet le bateau en route puis souffle droit devant.  Puis plus rien. Enfin tout le long du trajet les dauphins bleu et blanc nous ont accompagnés autour du bateau, on les a bien vus.  On remet l'hydro à l'eau, cette fois on entend mieux les clics, le cachalot semble plus près. Après une attente de 40min on n'entend plus de nouveau, c'est le cachalot qui remonte. On se tient prêts, et en effet 5 min plus tard, souffle ! On remet le moteur et on suit l'animal avant qu'il ne replonge. On a le temps de l'observer avec le bouquet final, la caudale de face et de près. 
Youhou, la journée n'est pas perdue! On mange, le riz au curry à été sauvé  in-extremis, on le déguste dans la joie et la bonne humeur. Il est 14-15h quand on repart, dans un sens d'abord, puis viré de bord pour rattraper le canyon dans l'espoir de faire d'autres observations. Beaucoup de houle, ce qui rend l'équipage malade, un Mola mola observé furtivement par Eric. 
Viré de bord sur viré de bord, la navigation devient difficile pour atteindre le cap, le vent nous ramenant toujours vers l'Est. Finalement avec le moteur nous arrivons vers Saint-Mandrier. Mouillage provisoire pour manger vers 20h des bonnes galettes bretonnes. On part ensuite s'abriter aux Deux Frères au Cap Sicié afin d’être protégés du vent de l'Ouest. Gros vent qui arrive dès le lendemain. Le programme des prochains jours est frustrant, trop de vent pour observer. Fort probable qu'on ne puisse pas sortir de la semaine. Mais cette journée aura été intense, après le rhum arrangé d'Eric, l'équipage s'endort bercé par la houle.

 

Mardi 13 juillet

Après une journée de lundi très riche avec l'observation de dauphins et de cachalots puis un retour très agité, nous nous levons vers 10h. Prise d'un bon petit déjeuner en équipe et vérification des données météo pour la journée, le vent reste fort et la mer agitée. Nous restons donc a l'abri au Cap Sicié. La journée se poursuit en faisant de l'entretien du bateau puis rangement de voile dans les sacs. Enfin nous préparons le montage et gonflage de l'annexe et nous partons tester l'embarcation jusqu'à la plage voisine. Cela s’avère concluant malgré le vent fort. La journée s'achève en reprenant les photos ID prises la veille. Un tarot convivial, un bon repas et ainsi s'achève cette journée de mardi.

 

Mercredi 14 juillet

Grasse matinée de l'équipage et brunch, dégustation des crêpes de Cath pendant que le coup de vent continue. D'autres bateaux nous ont rejoint pour s'abriter au mouillage. On décide de reprendre l'annexe pour pouvoir partir se balader vers Notre Dame du Mai à la forêt de Janas. Après quelques galères avec le gonfleur, on finit par arriver à la crique à la rame. La journée se termine avec de bonnes rigolades autour d'un bon repas cuisiné par le chef Pierrot et d'un crumble aux pommes bien mérité. L'équipage s'endort après l'observation du feu d'artifice de Toulon et des constellations en partie cachées par la couverture nuageuse. 

 

Jeudi 15 juillet

Réveil autour de 5h et départ après un café express. Journée encore ventée mais qui nous permet de tirer des bords à l'entrée de la rade et se mettre à l'abri dans L'Anse de Méjean. Petite collation autour du cockpit suivie d'une sieste, puis remise à l'eau de l'annexe et cours de rame du capitaine. Baignade et ballade jusqu'à Notre Dame de Méjean avec de jolis points de vue. Rafraîchissement au bar et retour au bateau. Atelier cuisine où tout le monde met la main à la patte pour cette dernière soirée partagée au mouillage.

 

Vendredi 16 juillet

Réveil à Méjean après une nuit bien agitée puis dernier petit déjeuner convivial de l'équipage. Départ aux alentours de 8h et navigation doublée d'observations d'oiseaux dans la rade. Ravitaillement en carburant au port de Toulon où l'on a aussi fait nos adieux à Éléonore. Pour finir, retour à Pin Rolland où nous avons vidé et nettoyé Alcyon avant de manger une dernière fois ensemble au restaurant. Une semaine qui aura été riche en partage avec un équipage au top malgré les conditions météo peu favorables à l'observation de cétacés.

20210716_175903.jpg
20210716_175442.jpg
Resized_IMG-20210715-WA0004_84418451043090.jpeg
20210715_162558.jpg