Journaux de bord 2021

Chef de bord : Eric

Guides : Marie

Équipiers : Sandrine, Elodie, Charlène, Pierre, Clara

Samedi 24 juillet

Après avoir fait connaissance et appréhendé le bateau, départ vers 18h en direction de l'Anse de Méjean sous une petite houle de travers . L'ancre est jetée, l'équipage est chahuté (par la houle travers au vent, qui ne mollit pas). Après le dîner, nous avons tenté de dormir, mais Éric, notre skipper, a finalement levé l'ancre vers 23h pour un mouillage plus au calme. Après 2h de navigation, enfin une nuit paisible. (Sandrine et Élodie)

Dimanche 25 juillet

Au programme de la matinée , explications sur les protocoles macro-déchets et d'observations de cétacés (Obsenmer). Nous avons mis en application le protocole d'observation dans la foulée, tout en arpentant le Canyon des Stoechades, sans observer toutefois aucun animal. Les résultats du protocole macro-déchets nous ont surpris : peu de macro-déchets visibles à l’œil nu alors que la Méditerranée est connue pour être la mer la plus polluée du monde. Nous soupçonnons une densité bien supérieure de microplastiques et des déchets présents au fond de l'eau. En fin d'après-midi, nous avons mouillé au Cap Taillat. (Sandrine et Élodie)

 

Lundi 26 juillet

Départ 9h direction le large. Plusieurs heures d'observation durant la matinée sont restées infructueuses. Après la baignade digestive, démarrage du protocole macro-déchets, interrompu par l'arrivée de 4 globicéphales noirs. 3 sont venus nager à l'étrave et nous ont émerveillés. Après une bonne demi-heure à les observer, le 4e globicéphale, de grande taille et resté à l'écart jusque-là (sûrement la mère), est venu « rappeler les 3 jeunes à l'ordre » et les éloigner du bateau. À peine la route reprise, nous apercevons un souffle. Il s'agit d'un rorqual, que nous décidons de suivre. Nous aurons la chance de le voir à une cinquantaine de mètres. Durant ce suivi, nous avons à nouveau croisé des groupes de globicéphales noirs ainsi que 2 tortues caouanes. Après un nouveau démarrage du protocole macro-déchets, nous apercevons des dauphins (5 à 10). Un voilier en panne de carburant est venu nous demander de lui en fournir, ce que nous avons fait. La journée s'est conclue sur une nouvelle baignade avant un bon dîner (galettes bretonnes) et une nuit à la cape. (Marie et Pierre)

Mardi 27 juillet

Une nuit à la cape courte et mouvementée. Qu'est-ce qu'une nuit à la cape ? Il s'agit d'un procédé de dérive contrôlée, organisé autour de quarts pour surveiller la présence d'autres bateaux et éviter les collisions. La petite houle d'ouest a encore fait rouler le bateau, nous rendant la nuit un peu chahutée (en plus des quarts). Mais cela ne nous a pas retiré le plaisir d'entendre les souffles des rorquals et d'apercevoir les dorsales des globicéphales et des dauphins tout au long de la nuit. Départ à l'aube, pour poursuivre sur notre belle lancée de la veille et de la nuit. Mise en place du protocole d'observation qui s'avère fructueux : un groupe de 3 individus de dauphins bleus et blancs, un rorqual en sommeil, des sauts de rorqual à l'horizon (quelle surprise!), des raies qui sautent aussi, et plusieurs groupes de globicéphales en déplacement et indifférents à Alcyon. Nous avons fini la journée à la réserve naturelle de Port-Cros, dans l'anse de Porman. (Charlène) 

 

Mercredi 28 juillet

Après une bonne nuit de sommeil, lancement du protocole macro-déchets. Le principe : une perche fixée sur le bord du bateau, et deux volontaires qui relèvent chaque déchet visible à l’œil nu et passant dans le périmètre d'observation (délimité par la perche et le voilier) pour déterminer la densité de macro-déchets. Nous basculons ensuite vers le protocole d'observation de cétacés, avec pour objectif du jour l'observation de cachalots. Pour maximiser nos chances d'en apercevoir, nous naviguons sur le talus. Trois observateurs : un devant, un à bâbord et un à tribord scrutant l'horizon sur un secteur de 60 degrés. Observation furtive d'un individu d'espèce non identifiée – du fait de la distance – de couleur grise et de taille imposante.Après écoute à l'hydrophone, qui confirme qu'il ne s'agit pas d'un cachalot, le vent s'est levé. Les conditions ne sont plus réunies pour poursuivre le protocole d'observation en niveau 3, mais permettent la joie de naviguer à la voile durant les 3 heures qui nous ramènent au Cap Sicié où nous mouillons pour la nuit. (Clara)

 

Jeudi 29 juillet

Démarrage de la journée assez tôt pour profiter d'une météo idéale en cette dernière journée d'observation. Objectif : observer des cachalots, et avec un peu de chance, des rorquals à nouveau. Après avoir réalisé le protocole macro-déchets, nous partons direction le Canyon de Toulon et sur le talus, dans la zone où avaient été observés des cachalots les semaines précédentes. Après plusieurs écoutes à l'hydrophone, pour tenter d'entendre les clics caractéristiques de la présence d'un cachalot, nous devons nous rendre à l’évidence : pas de cachalot sur zone. Nous avons toutefois la joie d'observer de nombreux dauphins bleu et blancs, et ce à plusieurs reprises. Nous mouillons finalement dans l'Anse de Méjean, ce joli mouillage qui nous avait tant secoués la première nuit. (Marie)

 

Vendredi 30 juillet

Après une semaine riche en rencontres, nous rentrons au port encore émerveillés. Un dernier tour de ménage et nous disons au revoir à Alcyon, ou bien, à l'année prochaine !

DSC08943.JPG
DSC_2494.JPG
DSC_2563.JPG
IMGP6219.JPG
DSC_2302.JPG